Fraikin mobilise toutes ses expertises pour transporter les vaccins contre le coronavirus.

Depuis le 8 décembre, les citoyens britanniques les plus vulnérables et les plus de 80 ans peuvent être vaccinés. Sans l’implication de l’ensemble de la chaîne logistique, rien n’aurait été possible. En effet, les quelque 800 000 doses de cette première vague de vaccination, fabriquées en Belgique, ont transité par le tunnel sous la Manche dans des conditions de conservation extrêmes. Le succès de l’opération préfigure, à n’en pas douter, les défis à relever pour vacciner près de 450 millions de citoyens européens. 

Conservation des vaccins : l’enjeu de la maîtrise du froid

Alors qu’en règle générale, les températures de conservation sont comprises entre -20°C et +8°C, le vaccin de Pfizer quant à lui, doit être conservé à une température de -70°C. L’ensemble des équipes en charge de la recherche et du développement chez Fraikin sont mobilisées depuis le début de l’été pour identifier les meilleures solutions garantissant un transport dans des conditions optimales de sécurité. « Le véritable enjeu est la capacité à répondre à l’urgence en disposant d’un volume suffisant de véhicules appropriés. Pour assurer le transport des vaccins à -70°C, la mobilisation des expertises et des savoir-faire de Fraikin est indispensable pour être à la hauteur de l’enjeu », indique-t-on chez le loueur. 

Garantir des livraisons en flux tendu

6% des vaccins devront être fabriqués en Europe selon la Commission Européenne. Néanmoins, il faudra que l’ensemble des acteurs de la chaîne logistique prenne sa responsabilité pour garantir un acheminement rapide, fluide et fiable des vaccins, à flux tendu. Dans ce contexte, Fraikin aura à cœur de s’impliquer en mettant à profit l’ensemble des expertises techniques, matérielles et organisationnelles dont ils peuvent se prévaloir, pour contribuer à l’effort de délivrabilité.