L’Académie d’Ecologie Logistique a impulsé son Plan d’Actions 2018 à l’Assemblée Nationale en présence de Valérie Lacroute, Députée de Seine-et-Marne.

Quelque 40 spécialistes impliqués dans la logistique se sont réunis à l’Assemblée Nationale pour impulser le Plan d’Actions 2018 de l’Académie d’Ecologie Logistique. L’ensemble de l’éco-système de la mobilité de marchandises était représenté (énergéticiens, transporteurs, chargeurs et constructeurs de camions) pour participer au débat et construire 2018. La Mairie de Paris et la Métropole Grand Paris étaient également représentées. La présence de Valérie Lacroute, Députée de Seine-et-Marne et Présidente du Groupe de Travail « pour une mobilité plus intermodale » dans le cadre des Assises de la Mobilité, a permis de faire un point sur les enjeux et les articulations du Projet de Loi Mobilité. « Ainsi l’un des enjeux 2018 sera la bonne articulation des différents éco-systèmes intervenant dans la mobilité de marchandises afin de créer des synergies efficaces entre le législateur, la société civile et la communauté scientifique », a déclaré Eric Petit, Fondateur d’Ecologie Logistique.

Dans cet objectif, l’Académie et la Chaire Logistique Urbaine de l’Ecole des Mines de Paris travaillent ensemble à simuler des scenarii de logistiques urbaines afin d’en mesurer les impacts en termes de CO2, de polluants et de congestion afin de donner un éclairage sur les effets de décisions réglementaires prises dans nos villes. Par ailleurs, Ecologie Logistique organisera en juin une journée pédagogique sur les technologies et énergies alternatives dans la mobilité pour 80 élus (maires et parlementaires). 2018 promet d’être une année très enrichissante pour la mobilité.