La filière Réfrigération et Conditionnement de l’air réduit les émissions de CO2. Elle a mis en œuvre un ensemble de solutions durables qui évitent l’émission de 45 millions de tonnes équivalent CO 2 grâce à la forte mobilisation de l’ensemble de ses acteurs.

Après 23 ans de démarche volontaire et responsable visant à la réduction et la maîtrise des émissions de Gaz à Effet de Serre Fluorés (GESF), la filière Réfrigération et Conditionnement de l’air a présenté via le Snefcca (syndicat national des entreprises du froid, équipements de cuisines professionnelles et conditionnement de l’air) un résultat exceptionnel d’économie circulaire. Grace à un engagement et une mobilisation sans précédent de l’ensemble des acteurs, la filière a ainsi évité l’émission de 45 millions de tonnes équivalent CO 2 *, correspondant à une année d’émission du parc automobile français. Cette réussite découle entre autres d’une approche innovante qui a permis la mise en œuvre de solutions durables, dont un système de collecte, d’analyse, de recyclage et de régénération efficace.

Cette efficacité écologique a été atteinte au moyen d’actions adaptées telles que notamment :

– la fourniture et la collecte d’emballages pour les acteurs de la chaine.

– le recyclage et la régénération permettant la réutilisation des GESF dans la même application (économie circulaire).

– la mise en place d’un forfait récupération/retraitement appliqué sur le kilogramme de fluide neuf et destiné à couvrir les frais de collecte et de traitement du fluide usagé après récupération.

Calendrier d’élimination des GESF (Règlement Européen 517/2014)

La consommation Hexagonale 2009/2012 a atteint 9 000 tonnes en moyenne annuelle (base de référence pour le calendrier d’élimination prévu par le Règlement Européen) soit 22 835 000 tonnes équivalent CO 2.

Sur l’année entière 2018 la consommation de HFC s’établit à 12 616 500 tonnes équivalent CO 2 soit 54,5 % de la base de référence. Cette réduction de 45,5 % est à rapprocher des 37% demandés par le Règlement Européen en 2018. Ces actions vont au-delà de la règlementation actuelle dans l’esprit de l’engagement volontaire de la COP21 et permettront à la filière d’aller encore plus loin dans la maitrise des émissions de dioxyde de carbone.

* Emissions évitées calculées au travers d’une étude officielle réalisée par le CITEPA et la chaire économie du climat Paris Dauphine.