Carrossiers - Loueurs

Petit Forestier veut faire passer 40 % de sa flotte à l’électrique d’ici 2030

A travers son Electric RoadShow amené à présenter sa gamme électrique à ses clients dans onze pays, le spécialiste européen de la location frigorifique Petit Forestier s’engage dans la transition énergétique. Il ambitionne, à travers neuf types de véhicules, de faire passer 40 % de sa flotte et 70 % de ses commandes de nouveaux véhicules à l’électrique à l’horizon 2030.

De gauche à droite : Jérôme Payonne, directeur marketing et innovation de Petit Forestier Group, Sylvain Dupont, directeur général de Petit Forestier et Laurent Parmeggiani, directeur grands comptes de Petit Forestier.

Une caisse frigorifique conçue à 100 % en rPET (polytéréphtalate d’éthylène recyclé) et à 97 % recyclable. L'innovation était présentée sur le salon Solutrans 2023 à Lyon la semaine dernière par le carrossier Lecapitaine, entreprise du Groupe Petit Forestier, loueur de véhicules frigorifiques. « Il s'agit d'un projet récent qu'il faut maintenant industrialiser mais qui montre notre potentiel en matière de carrosserie réutilisable », commente Jérôme Payonne, directeur marketing et innovation de Petit Forestier Group. Une démarche qui s'inscrit dans la volonté du groupe d'accélérer ses ambitions en matière de développement durable et de transition énergétique. Cette stratégie s'illustre également aujourd'hui avec l'annonce de plusieurs objectifs : celui de faire passer 40 % de sa flotte en électrique, mais aussi 70 % de ses commandes de nouveaux véhicules et réduire son empreinte carbone de 25 % par camion d'ici 2030, par rapport à 2021.« Nous avons à l'heure actuelle environ 80 000 véhicules en gestion, qui fonctionnent majoritairement au diesel, tout l'enjeu est de les faire progressivement transitionner vers une flotte plus durable », poursuit Jérôme Payonne. Objectif à terme : atteindre les 10 000 véhicules électriques d'ici 2030, alors que 1 150 sont déjà déployés.

Une « nouvelle langue à apprendre »
Si toutes les énergies auront « potentiellement leur place dans le parc Petit Forestier », le groupe a la conviction que l'électrique va lui permettre d'adresser une majorité des usages de ses clients (au nombre de 15 000), du petit artisan au grand groupe : « La plupart d'entre eux opèrent surtout de la distribution urbaine et régionale, soit des distances n'excédant pas 300 à 400 km, cas pour lesquels l'électrique va être en mesure d'apporter une réponse appropriée. En France, un véhicule électrique représente des économies substantielles de CO2 pouvant aller jusqu'à 80 à 90% sur la durée de vie d'un véhicule. Il produit zéro émission de combustion, peu d'émissions de freinage et il reste seulement des émissions de particules fines associées à l'usure des pneus », détaille Jérôme Payonne. Pour atteindre ses objectifs de décarbonation, tout l'enjeu pour Petit Forestier consiste dès lors à emmener ses clients avec lui dans cette démarche en les convainquant que cette technologie est susceptible de répondre à leurs besoins. « Cette transition va pas se faire en claquant des doigts. C'est quasiment une nouvelle langue qu'il faut apprendre et nous devons créer toutes les conditions favorables pour l'atteindre ». Pour ce faire, Petit Forestier entreprend durant six mois son Electric RoadShow dans 11 pays en commençant par la France, à Rungis (94) : « Ce RoadShow va nous permet de communiquer avec ce marché. Notre ambition est de faire comprendre à l'ensemble de nos clients que cette transition énergétique n'est pas incompatible avec une performance opérationnelle », déclare Sylvain Dupont, directeur général de Petit Forestier.

Produits, services, formation
Dans cette mission d'évangélisation, le groupe entend s'appuyer sur trois piliers : produits, services et formation. Côté produits, Petit Forestier a œuvré au développement de sa gamme électrique depuis de nombreuses années et compte déjà 9 types de véhicules configurables parmi lesquels des petits utilitaires comme le Ligier Pulse 4 ou le Renault Kangoo E-Tech Maxi, des utilitaires plus classiques comme le eDaily ou le Renault Master E-Tech, mais aussi des poids-lourds avec le 16 tonnes de Renault D16 E-Tech ou encore sa remorque frigorifique K-Ryole associé à un vélo pour la logistique urbaine. « Le cœur de notre marché va surtout se faire en véhicule léger et le best seller annoncé est l'Iveco eDaily qui a été carrossé chez Lecapitaine », estime Sylvain Dupont. Niveau services, Petit Forestier a formalisé son offre à travers Smart Connect, une solution télématique permettant d'optimiser la gestion de flotte tandis que Smart Elec se présente comme un service de recharge 100 % mobile et modulable, avec en option le Smart trolleys, une borne mobile permettant de recharger un véhicule jusqu'à 80 kW : « Le fait de pouvoir brancher leur véhicule sur cette infrastructure va permettre à nos clients de ne pas soucier de toute la problématique d'ingénierie et de s'engager rapidement », juge Laurent Parmeggiani, directeur grands comptes de Petit Forestier. Enfin, le groupe souhaite s'engager sur des objectifs de formation de ses équipes à l'utilisation de l'électrique, plus de 140 collaborateurs ayant déjà été formés depuis 2022 sur des opérations d'intervention, de dépannage et de remorquage. « Il s'agit d'un enjeu stratégique et nous allons accélérer dans cette voie-là, le deuxième point consistant à former les collaborateurs de nos clients », poursuit Sylvaint Dupont. A l'heure actuelle, 6 % des véhicules en commande sont en énergie électrique, alors qu'ils étaient 3 % l'année dernière, « ce qui amène à 410 véhicules électriques en location en 2024, donc le développement est palpable sur le terrain », termine-t-il.

Votre dossier SOLUTRANS
Dossier
Dirigeants à l’honneur
Podiums

Votre dernier numéro
de Froid News

Le marché international
de Rungis

Vos derniers articles
  • Après s'être solidement implanté en Europe, Brightec, le fabricant des rideaux d’air BlueSeal, annonce son partenariat avec Thermo King pour une distribution exclusive aux États-Unis et au Canada.

  • Premier groupe français de transport (13 Md€ de CA), Geodis est également présent dans la température dirigée, sur le produit « healthcare ». Depuis le rachat de Gandon Transports en 2021, il nourrit de solides ambitions sur le 2°C-8°C et le 15°C-25°C. Tour d’horizon avec son directeur général France, Stéphane Cassagne.

  • Directeur délégué à l'Union TLF, Jérôme Douy est également en charge d'un groupe de travail au sein du programme LUJOP (Logistique urbaine du quotidien durant les Jeux olympiques et paralympiques). Il détaille les questionnements et les chantiers en cours à quelques mois de la compétition.